Pollution de l'air La Belgique encore dans le rouge De moins en moins de pays de l'UE dépassent les seuils d'émission de polluants atmosphériques autorisés, avec huit en 2011 contre 12 l'année précédente, a indiqué l'Agence européenne pour l'environnement (AEE). Selon les données préliminaires de l'AEE, le Danemark, Malte, les Pays-Bas et la Suède sont passés sous ces limites en 2011. L'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande et le Luxembourg sont restés au-dessus de ces limites, qui concernent le dioxyde de soufre, les oxydes d'azote, les composés organiques volatils non méthaniques et l'ammoniac. Des infractions peuvent théoriquement amener la justice européenne à prononcer des amendes. Paris, Marseille, Turin, Milan, Rome et plusieurs villes tchèques, polonaises et bulgares affichent les niveaux de pollution aux particules les plus inquiétants.
La Libre Belgique – 20 mars 2013

Découverte d'une mygale de 20 cm ! Une nouvelle espèce de mygale a été découverte au Sri Lanka. Elle mesure 20 cm, soit la taille d'un visage humain! Elle appartient au genre Poecilotheria et est surnommée «araignée tigre». On la retrouve dans les arbres en Inde et au Sri Lanka. Elle a toutefois également été trouvée dans un hôpital désaffecté du nord du Sri Lanka. Cette présence hors des forêts s'explique par la déforestation à l'œuvre dans la région. Cette mygale se distingue des autres espèces du genre par une bande rosé clair sous son abdomen et par des taches de couleurs sous ses pattes.
Le Soir – 9 avril 2013

Le réchauffement passe par les océans Quelle pause climatique? L'argument est classique. C'est une antienne sous la plume des climatosceptiques : le réchauffement des températures s'est arrêté depuis 15 ans. Mieux : la Terre se refroidit. Sur un point, la réponse des scientifiques n'a pas varié : on ne peut isoler une dizaine d'années pour déduire une tendance.
L'évolution du climat se calcule sur des périodes beaucoup plus longues. «La tendance globale bien visible sur 40 ans est construite d'une succession de paliers de plusieurs années », indique Jean-Louis Tison, glaciologue à L'ULB. C'est ce que les experts appellent la différence entre « le bruit à court terme et le signal à long terme ». Néanmoins : pourquoi un apparent ralentissement du réchauffement, malgré une hausse des émissions de CO2? Des chercheurs français et espagnols avancent une explication dans Nature Climate Change. Selon eux, une bonne partie de l'élévation de température, depuis les années 2000, a été absorbée par les océans. Pour l'essentiel dans les couches « superficielles », jusqu'à 700 m de profondeur. L'absorption de l'énergie pourrait être accélérée par le refroidissement des eaux de surface provoqué par des épisodes La Nina dans le Pacifique. Inversement, le retour d'El Nino pourrait avoir l'effet opposé en provoquant un relâchement dans l'atmosphère de la température accumulée dans l'océan. La « pause » pourrait donc n'être que passagère. Et pour apprécier toute la complexité du changement climatique, il faudra non seulement scruter l'atmosphère, mais aussi les mers, les terres, les glaces...
Le Soir – 9 avril 2013

Greenpeace veut préserver l'Arctique Greenpeace Belgium a organisé samedi des actions à Gand et Libramont dans le cadre de la campagne "Save the Arctic", qui avait lieu toute la journée dans 35 pays. L'organisation de protection de l'environnement souhaite, à terme, convaincre les Nations unies de conférer à l'Arctique le statut de zone protégée. Lors des actions belges, des citoyens se sont réunis pour former une bannière humaine symbolisant un cœur qui bat pour l'Arctique. L'idée était d'exprimer le souhait que cet espace encore intact soit protégé des forages pétroliers, de la pêche industrielle ou des opérations militaires. Au cours des 30 dernières années, la banquise a perdu un tiers de sa surface. D'ici à 2030, elle pourrait même complètement disparaître en été, selon Greenpeace.
La Libre Belgique – 22 avril 2013

CO2 : les émissions européennes chutent La Belgique réduit fortement ses rejets de dioxyde de carbone Le bulletin de l'Union européenne en matière de gaz à effet de serre continue de s'améliorer. Selon les premières estimations d'Eurostat, l'Office européen de statistiques, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) provenant de la combustion de combustibles fossiles pour la production d'énergie ont diminué de 2,1 % dans l'Union des 27 en 2012 par rapport à l'année précédente. Or, 2011 avait déjà enregistré une baisse de 4,1 % par rapport à 2010. Selon l'Agence européenne de l'Environnement, les émissions européennes étaient alors de 18.4 % sous leur niveau de 1990. Les émissions sont en baisse dans 23 Etats sur 27, constate-t-on. L'Allemagne et le Royaume-Uni, deux des principaux émetteurs, figurent parmi les pays dont les émissions augmentent. Les émissions françaises ne fléchissent que d'un maigre 0,8 %. En revanche, les baisses les plus marquées ont quant à elles été observées en Belgique et en Finlande (-11,8 % chacun), en Suède (-10,1 %), au Danemark (-9,4%). A quoi attribuer ces baisses? En matière d'énergie, elles sont surtout influencées par des facteurs tels que les conditions climatiques et la croissance économique. L'hiver 2011 a été relativement clément et le ralentissement de la croissance économique a fortement fait chuter le CO2.
Le Soir - 30 mai 2013