Obama a un plan contre le réchauffement climatique Le président américain Barack Obama a proposé mardi un vaste plan de lutte contre le réchauffement climatique prévoyant notamment de réglementer les émissions de C02 des centrales électriques au charbon, principale source de pollution carbonique. Obama s'était engagé en 2009 à réduire les émissions de gaz à effet de serre des Etats-Unis de 17 % au-dessous de leur niveau de 2005 d'ici 2020. Le Congrès avait rejeté en 2009 un ambitieux projet de loi sur l'énergie et le climat visant à atteindre cet objectif. Le plan propose aussi huit milliards de garantie de prêts pour encourager des investissements dans des technologies innovantes dans les énergies fossiles et l'efficacité énergétique. Obama demande aussi notamment que suffisamment de permis soient accordés pour des projets d'énergie renouvelable, solaire et éolienne, sur des terres fédérales pour produire assez d'électricité pour plus de six millions d'habitations d'ici 2020. Selon l'ONG Center for Climate and Energy Solution ce projet sur le climat "est très étendu mais est maigre en détails sur des sujets essentiels comme celui des émissions des centrales au charbon". "Ce sera très difficile de négocier de nouvelles normes limitant les émissions des centrales existantes... " car cela aura un coût. La Libre Belgique – 26 juin 2013

Abeilles : un pesticide de plus banni L'UE a décidé d'interdire l'usage à l'air libre du Fipronil, un insecticide mortel pour les abeilles, du groupe allemand BASF. Cette décision s'ajoute à la mise à l'index partielle de trois autres pesticides néonicotinoïdes. A compter du 31 décembre, son usage sera banni pour deux ans pour le traitement des semences de maïs et tournesols. Il ne pourra plus être utilisé que pour certaines cultures sous serre. Cette substance était critiquée de longue date par les apiculteurs, finalement rejoints par l'Autorité européenne de sécurité des aliments en mai dernier. La Libre Belgique – 17 juillet 2013


La menace des tiques est sous-estimée chez nous Les tiques seraient responsables d'un millier de cas de maladie de Lyme chaque année en Belgique, mais ces chiffres seraient sous-estimés, affirme la chercheuse Valérie Obsomer, chercheuse à l’UCL, mercredi dans "L'Avenir". Mme Obsomer plaide dès lors pour une meilleure étude du phénomène et une plus grande sensibilisation de la population. "On a pu mettre en évidence que les tiques vectrices de maladies se trouvaient un peu partout sur le territoire, même dans la zone côtière. Il existe aussi des zones où les tiques sont très abondantes. Et la troisième chose, c'est qu'on a trouvé dans les tiques en Belgique de nombreux autres pathogènes et pas seulement la maladie de Lyme". La chercheuse demande à la population d'indiquer, dès qu'elle le peut, le lieu où une personne a été mordue par une tique via www.tekentiques.be. La Libre Belgique – 25 juillet 2013

Davantage de renouvelable en Belgique dès 2017 Selon Elia, le gestionnaire du réseau électrique belge, les centrales nucléaires représentent 55% de notre production électrique lorsqu'elles tournent à plein régime, le gaz 39%, l'éolien 4% et le charbon 4,5%. En cas de pic de demande ou lorsque certaines centrales nucléaires sont à l'arrêt, comme ce fût le cas pour Doel 3 et Tihange 2, la production est complétée par des importations venues essentiellement des Pays-Bas, de France et d'Allemagne, dont il est impossible d'identifier la source. Quand on sait que près de 50% de l'électricité allemande est produite par du charbon et du lignite, cela vient certainement alourdir notre bilan énergétique. Il n'en reste pas moins que la quantité de charbon utilisée en Belgique reste relativement faible et que le plan Wathelet de sortie du nucléaire à l'horizon 2025 prévoit d'investir essentiellement dans un mix de gaz et de renouvelable. Pour Claude Adams, conseiller "Energie" pour le SPF Economie, "la part du renouvelable dans le mix énergétique devrait d'ailleurs croître de manière exponentielle à partir de 2017-2018 grâce au renforcement du réseau électrique qui permettra de rapatrier l'énergie produite par les parcs éoliens en mer du Nord et de raccorder les productions d'énergie décentralisées dont font partie l'éolien, le solaire et d'autres formes d'énergie renouvelable. Ce n'est pas encore possible pour l'instant. " Plusieurs projets belges ont par ailleurs bénéficié de financements de la BEI, principalement dans la construction de parcs éoliens en mer, et la Banque a récemment ouvert la possibilité de financer à hauteur de 300 millions d'euros un projet de construction et de rénovation d'écoles en Wallonie et à Bruxelles. "L'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments est très importante, mais cela prend énormément de temps et nécessite des investissements importants", ajoute Claude Adams. D'où l'importance, de pouvoir compter sur des fonds extérieurs. La Libre Belgique – 26 juillet 2013

Sécurité alimentaire Du Bisphénol A dans votre ticket de caisse L'EFSA, l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments, a pointé jeudi les risques d'exposition au Bisphénol A (BPA) découlant de l'usage du papier thermique, notamment pour les tickets de caisse. Elle souligne que le papier thermique "représente la deuxième source la plus importante de BPA après l'alimentation, pouvant représenter jusqu'à 15% de l'exposition totale dans certains groupes de population". "Des incertitudes quant à la source d'exposition du papier thermique ont toutefois été soulevées et des données supplémentaires doivent être recueillies, en particulier sur l'absorption cutanée du BPA et les habitudes de manipulation des tickets de caisse." La Libre Belgique – 26 juillet 2013

Réduction de 80 à 95% des gaz à effet de serre La Région wallonne se dote d’une feuille de route pour diminuer les gaz à effet de serre de 80 à 95 % d’ici à 2050. Un décret climat coule ainsi les objectifs 2020 et 2050 en texte légal, peut-on lire mardi dans Le Soir. Ce décret prévoit une méthode de travail. Le gouvernement wallon fixera tous les cinq ans, des « budgets » carbone pour les principaux secteurs de la société (énergie, industrie, résidentiel, transport, agriculture, déchets). Il élaborera par ailleurs des « plans air-climat-énergie » à cinq ans chiffrant les budgets et précisant les mesures à prendre pour les respecter. Chaque année, le gouvernement devra rendre compte des progrès au parlement wallon. Un suivi sous la responsabilité de l’administration sera par ailleurs instauré. La Libre Belgique – 31 juillet 2013

France Plantes modifiées pour tolérer les herbicides Dix organisations de défense de l'environnement ont dénoncé la culture en France de "colzas et tournesols tolérants aux herbicides" qu'ils considèrent comme des "OGM cachés". "A l'instar de la plupart des OGM, ces plantes ont été génétiquement manipulées pour pouvoir survivre, tout en étant traitées avec des herbicides. Mais ce sont des OGM cachés, car elles ont été arbitrairement exclues du champ d'application de la réglementation sur les OGM", assurent ces organisations dans une lettre ouverte au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. La Libre Belgique – 31 juillet 2013

Inde Des pesticides tuent 23 écoliers L'Organisation des Nations unies pour l'Agriculture et l'Alimentation réclame l'élimination des pesticides dangereux dans les pays en développement, après la mort de 23 écoliers intoxiqués. « La tragédie de Bihar, où 23 écoliers sont morts après avoir mangé à la cantine un repas contenant du monocrotophos, rappelle l'urgence d'accélérer le retrait des pesticides hautement toxiques des marchés des pays en développement. Le monocrotophos est un insecticide organophosphoré jugé particulièrement dangereux par la PAO et l'Organisation mondiale de la santé » a déclaré la FAO, qui déplore que de telles substances soient toujours distribuées notamment aux petits agriculteurs, alors qu'elles sont « hautement toxiques" » et « mettent souvent en péril la santé publique et l'environnement ». De nombreux gouvernements ont déjà interdit ce produit. La Libre Belgique – 31 juillet 2013

Comment repérer et éviter les plantes invasives ? Les plantes invasives sont des plantes exotiques introduites par l'homme, volontairement ou non, et qui deviennent envahissantes. Elles s'échappent des jardins et des parcs, et s'étendent rapidement dans l'environnement au détriment des espèces locales. La berce du Caucase, la renouée asiatique ou la balsamine de l'Himalaya sont quelques exemples bien connus. Elles contribuent à la dégradation des écosystèmes, au déclin de la biodiversité et peuvent poser des problèmes de santé publique. La sève de la berce du Caucase, par exemple, provoque de graves brûlures. La lutte contre ces nuisances a un coût très important pour la société. La prévention, plus efficace, revêt donc une importance cruciale. En effet, la plupart des invasives sont des plantes horticoles. La majorité d'entre elles sont toujours en vente dans les jardineries et chez les pépiniéristes, sans aucune information sur leur caractère envahissant. Afin de réduire leur introduction dans les jardins et de mieux faire connaître cette problématique et la liste des cinquante-sept plantes concernées, le projet national AlterIAS a développé un code de conduite approuvé par les professionnels du secteur. Les vendeurs participants s'engagent à informer les particuliers et à proposer des alternatives à ces plantes. Ce code peut également être signé par les particuliers s'engageant à s'informer, éviter les plantes invasives, ne pas les disséminer dans la nature, via leurs déchets verts, et sensibiliser leur entourage. La liste des plantes posant problème (avec photos et infos), le répertoire des professionnels ayant signé le code, et des informations pour venir à bout des invasives déjà présentes dans votre jardin sur www.alterias.be. Pas d'accès à Internet? "écoconso" peut vous renseigner par téléphone : 081/730 730 (www.ecoeonso.be). La Libre Belgique – 12 août 2013

Découverte d'un canyon géant sous les glaces du Groenland Un canyon d'au moins 750 km de long et 800 mètres de profondeur par endroits a été découvert sous les glaces du Groenland grâce à des observations satellitaires, ont indiqué jeudi des chercheurs. Cette formation géologique comparable en partie au Grand Canyon du fleuve Colorado, dans l'ouest américain, existait probablement avant que les glaces ne recouvrent le Groenland au cours des derniers millions d'années. "Notre découverte montre qu'il reste encore beaucoup de choses à découvrir sur notre planète", a commenté le professeur Jonathan Bamber, de l'Université de Bristol, principal auteur de cette recherche. Selon les chercheurs, ce canyon joue un rôle important pour transporter des eaux subglaciales de l'intérieur de la calotte glaciaire jusqu'à l'océan. Même avant la présence de la glace au Groenland il y a au moins quatre millions d'années, tout indique que ce canyon formait un important système fluvial transportant l'eau de l'intérieur de l'île à la côte. La Libre Belgique – 1er septembre 2013

Les grues apprennent à migrer grâce à leurs aînées Les grues américaines apprennent à naviguer pour leur migration annuelle avec les plus âgées de leur groupe, révèle une étude publiée jeudi qui lève le voile sur le mystère de ces mouvements migratoires. Des chercheurs de l'Université du Maryland, ont montré que ces oiseaux -les plus grands d'Amérique du nord- qui vivent plus de 30 ans, acquéraient ce savoir de leurs anciens et s'amélioraient avec les années. Des groupes de grues américaines qui comptaient un membre adulte âgé de sept ans déviait 38 % moins de leur route migratoire en ligne droite entre le Wisconsin où ils se reproduisent et la Floride, leur résidence d'hiver, montre cette étude parue dans la revue américaine. La Libre Belgique – 1er septembre 2013

Méthane bovin Modifier l'alimentation pour moins d'émissions La principale piste étudiée pour diminuer l'émission de méthane chez les bovins est l'alimentation. Une expérience menée à l'Institut des sciences de la vie de l'UCL a permis de réduire de 15 % les émissions de méthane chez des vaches laitières en ajoutant un complément de graines de lin extradées dans leur ration alimentaire. Au Centre wallon de recherches agronomiques, une expérience similaire a été menée durant toute la phase de production de taurillons blanc-bleu-belge. Là, avec une croissance similaire aux animaux témoins, ceux nourris avec un complément de lin ont vu leurs émissions de méthane baisser de 12 à 20 %. L’Avenir – 27 septembre 2013

Climat Niveau record des mers en 2013 Selon les chiffres provisoires diffusés par l'Organisation météorologique mondiale, 2013 est en passe de devenir l'une des dix années les plus chaudes depuis le début des relevés modernes en 1850. "Le niveau moyen de la mer a atteint un nouveau record en mars 2013", indiquent les experts. "Ce niveau s'est élevé à un rythme moyen de 3,2 millimètres par an [...], ce qui est proche du rythme d'environ 3 mm/an observé pendant la décennie 2001-2010 et correspond au double de celui enregistré au XXe siècle, qui est de 1,6 mm/an", avertissent-ils. Les neuf premiers mois de l'année se situent, à égalité avec 2003, au septième rang des plus chauds à ce jour. La Libre Belgique – 14 novembre 2013

Gaz de schiste : la fête est finie Ecologistes et tenants du « peak oil » pavoisent déjà : la révolution du gaz de schiste touche à sa fin, tuée par un effondrement des prix lié à la surproduction. Depuis plus d’un an, ils constatent un « plateau » dans les volumes extraits de la roche mère de cet hydrocarbure qui a inondé le marché américain ces cinq dernières années et modifié en profondeur les flux énergétiques mondiaux. Les grandes compagnies pétrolières (ExxonMobil, BP, Total, Shell, ENI…), qui ont succombé trop vite à l’appât du gain, y ont englouti des sommes folles avant de réduire la voilure et de réorienter investissements et appareils de forage (rigs) vers les régions où l’on a découvert des condensats (gaz liquides) et du pétrole de schiste – bien mieux valorisés sur le marché. Le Monde – 29 novembre 2013

Reforestation La revanche des forêts ? La planète perd, chaque année, une surface forestière équivalente à une fois et demie la Belgique, a calculé l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation (PAO). Mais le mouvement est en train de s'enrayer. Il était temps. Les forêts regagnent du terrain dans les pays du Nord, ainsi qu'en Chine et en Inde. En Chine précisément, elles ont doublé de superficie depuis 1949, selon la PAO. « La Chine a connu plusieurs inondations dramatiques, note Patrick Meyfroidt, géographe à l'UCL. Ce qui a poussé le pays à replanter les flancs de montagne et les terres dégradées. Mais attention, une forêt replantée ne rend pas les mêmes services écologiques qu'une forêt ancienne. Une plantation d'eucalyptus, ou d'épicéas chez nous, ne laisse passer aucune lumière, ce qui empêche le développement d'un sous-bois qui servira de sanctuaire à la biodiversité. Le bilan déforestation-reforestation n'est donc pas égal. En Chine, même si l'on replante, les forêts primaires continuent à reculer.» Le Brésil, pays le plus touché par la déforestation, affiche également des résultats spectaculaires. Le pays perdait, selon Greenpeace, l'équivalent d'un terrain de football toute les huit secondes. Ce n'est plus vrai. « L'année dernière, la forêt brésilienne s'est même légèrement étendue, poursuit Patrick Meyfroidt. Il est un peu tôt pour dire que la courbe s'est définitivement inversée, mais il y a un vrai mouvement de fond.» La cause de cette évolution? Les pressions des organisations environnementales, la volonté politique du gouvernement brésilien qui a placé sa forêt sous surveillance satellite et interdit l'arrachage des arbres sous peine de sanction. Et une régulation par les acteurs du marché eux-mêmes. Les courtiers refusent désormais d'acheter une production agricole plantée sur une terre déboisée après 2006. En Asie, le président indonésien, dont le pays voit ses forêts céder la place à des plantations de palmier à huile, a émis un moratoire sur l'attribution de nouvelles concessions forestières. Une mesure prolongée encore cette année. Pour le meilleur des mondes? Pas si vite. Un moratoire n'est pas une interdiction formelle. Et les concessions déjà attribuées ne sont pas suspendues et continuent à tailler dans les forêts… Imagine – Novembre & Décembre 2013